Les votes sont clôturés.




Dominique Leroy


NOM Leroy Dominique Leroy
PRÉNOM Dominique
FONCTION Administrateur délégué
SOCIÉTÉ Belgacom
CA 2012 4.189.406.678
EFFECTIF 2012 13.609

Pourquoi vous pourriez remporter ce prix ?

« Bâtir sur nos forces pour générer une croissance durable »

Déjà en 2013, comme responsable de la division « Consommateurs » de Belgacom, Dominique Leroy avait réussi le tour de force de reconquérir des clients perdus l’année précédente lors de l’offensive des prix sur la téléphonie mobile et ramener les parts de marché à leur niveau antérieur. Elle a également renforcé la notoriété du réseau Proximus auprès du grand public et développé un nouveau concept de magasins, qui permet aux clients de véritablement s’immerger dans l’univers des télécoms.
Dominique Leroy n’a pas d’étiquette politique mais si elle est fait l’unanimité à ce point autour d’elle, c’est tout simplement pour ses compétences. Parfaite bilingue, volontaire et déterminée c’est aussi une femme de loyauté et de dialogue. En seulement quelques mois à la tête de Belgacom, elle a insufflé, auprès de ses 15.000 collaborateurs, un nouveau style de management, proche, accessible et une communication directe et transparente. Dominique Leroy a les vrais atouts d’un leader de haut niveau : un attachement sans faille à son entreprise, une vision claire et inspirante et la capacité à fédérer ses troupes et les y emmener avec elle.

Belgacom est saine et peu endettée. Mais Dominique Leroy sait aussi que le temps presse et c’est dès son accession à son nouveau poste qu’elle a mis au point et communiqué un projet d’avenir volontariste, ambitieux et pragmatique : un retour vers la croissance à l’horizon 2016, indispensable non seulement pour l’entreprise elle-même mais également pour l’ensemble du pays. Belgacom est en effet un contributeur majeur à l’économie nationale et le seul opérateur à offrir des services télécom dans toutes les régions de Belgique, au départ de ses propres réseaux. En décidant d’accélérer les investissements dans le haut débit fixe et mobile et d’enrichir l’offre de services, Dominique Leroy aspire à améliorer l’infrastructure numérique du pays. Sa vision : des technologies de télécommunication accessibles et faciles à utiliser, qui améliorent le bien-être et la vie professionnelle et contribuent à la création de richesses pour l’ensemble du territoire belge. Ses priorités : améliorer la qualité et l’efficacité du service à la clientèle, transformer l’entreprise pour en réduire la complexité générale et la rendre plus flexible, rationaliser les coûts pour la rentabiliser et permettre la poursuite indispensable des investissements.

Ce qui incarne le mieux la stratégie de la nouvelle CEO est assurément la commercialisation, annoncée pour fin 2014, de tous les produits fixes et mobiles sous Proximus comme marque unique. Une première mesure forte, qui simplifiera considérablement l’offre et la communication et qui n’est pas que symbolique : ce choix, lié au nom même de la marque, traduit à la perfection la volonté de l’entreprise de renforcer ses liens de proximité avec ses clients.


Evelien Putman


NOM Putman Evelien Putman
PRÉNOM Evelien
FONCTION CEO
SOCIÉTÉ Tailormade Logistics & Transport
CA 2012 21.835.000
EFFECTIF 2012 120


Expliquez pourquoi vous pensez pouvoir gagner ce prix :

[Comme je n'ai pas voulu faire « spontanément » acte de candidature, j'ai sollicité la réaction de plusieurs clients, fournisseurs, parties prenantes et collègues] :

(BNP PARIBAS FORTIS)

« Je dirais que vous devez gagner ce prix parce que je vous connais comme

  • une femme qui possède les qualités personnelles adéquates (force de caractère, no-nonsense, empathie, très correcte dans la communication) ;
  • qui a déjà montré pouvoir diriger une entreprise avec grand professionnalisme (notamment de fortes connaissances financières, juridiques et de gestion avec expérience internationale étendue), et qui, malgré une féminité à 100 % ne rechigne pas devant les tâches masculines (songeons simplement à la conduite d'un camion).
  • Le beau rétablissement effectué par Tailormade Logistics & Transport ces dernières années n'en est-il pas un exemple parlant ? »

(Collègue @ Tailormade Logistics & Transport)

« La faculté de toucher les personnes d'une manière qui transcende l'intellectuel et le rationnel – un grand leader ! »

(Client & collègue chef d'entreprise)

« Honnête et droite dans ses bottes
Tient ses promesses
Va toujours de l'avant
No-nonsense, mais se fait respecter
Tout simplement, une collaboration agréable et attrayante
Fournisseur fiable
Voisin idéal »

(Collègue @ TML/TMT)

« Parce que vous avez cherché une solution pour moi lorsqu'il est apparu clairement que mon premier job de planner ne me convenait pas. Mes directeurs précédents n'ont jamais manifesté une telle empathie vis-à-vis de leurs employés. Je vous en remercie. »

(KBC)

« Néophyte dans le secteur du transport, Evelien Putman est entrée dans l'entreprise Tailormade Logistics & Transport qui était alors en pleine crise. Dans ses fonctions de CEO/CFO, elle a renversé la vapeur en quelques années, malgré la grande sensibilité du secteur du transport à la conjoncture. Elle a pris des décisions courageuses – revoir les ambitions de TML, prendre congé de collaborateurs, maîtriser les investissements –, et TML est toujours là. Dans le monde hyper masculin qu'est le transport, sa présence s'est fait sentir partout : conduire un camion, planifier le personnel, négocier avec les syndicats, enregistrer les messages du répondeur téléphonique et gérer l'entreprise au quotidien. »


Barbara Stadsbader


NOM Stadsbader Barbara Stadsbader
PRÉNOM Barbara
FONCTION CEO
SOCIÉTÉ Secretary Plus Management Support
CA 2012 37.847.907
EFFECTIF 2012 80
SOCIÉTÉ Secretary Plus Outsourcing Solutions
CA 2012 12.019.295
EFFECTIF 2012 156


Expliquez pourquoi vous pensez pouvoir gagner ce prix :

Madame, Monsieur,

« Le changement est la seule constante » : c'est non seulement le titre du dernier ouvrage que j'ai publié en tant que CEO de Secretary Plus Management Support, mais aussi le fil rouge qui traverse la fonction que j'exerce.

Mon attention se focalise sur la durabilité de notre organisation. La CEO que je suis s'efforce en effet de repousser en permanence les frontières de l'entreprise. À cet égard, innover dans la pensée et l'action revêt une importance primordiale. En 2009, j'ai reçu au nom de Secretary Plus le AT. Kearney « Best Innovator Award » dans la catégorie PME, une belle reconnaissance de mon approche visant à structurer l'implémentation de l'innovation et du changement.

Un exemple récent de ma stratégie innovante est l'ouverture du premier bureau RH en ligne, Assistant Plus Online Solutions. Le rôle d'intermédiaire se trouve nettement sous pression suite à la percée des nouveaux réseaux sociaux en ligne. Les manières par lesquelles les personnes et les entreprises communiquent entre elles ont radicalement changé. Qu'avec mon équipe, j'aie de grandes ambitions pour Assistant Plus est peu dire.
L'avenir sera « social ». Avec AssistantPlus.be, j'ai développé un réseau social professionnel qui concrétise la stratégie novatrice de Secretary Plus.

Par cette approche, je veux être un exemple et une source d'inspiration permanente pour mes collaborateurs. Un « Trends Business Women Award » en serait le plus beau couronnement.

Cordialement,

Barbara Stadsbader


Aline Paulus


NOM Paulus Aline Paulus
PRÉNOM Aline
FONCTION Business Unit Manager
SOCIÉTÉ Ascento | une division de t-groep SA
CA 2012 212.637.774 (t-groep)
EFFECTIF 2012 450 (t-groep)

Pourquoi vous pourriez remporter ce prix ?

Quelques faits…

Octobre 2009

Après avoir travaillé 3,5 ans chez Galiléi, je deviens manager chez Ascento, avec pour mission de faire connaitre le nom d’Ascento en Wallonie et développer le business. Challenge très ambitieux… Trois mois pour tout apprendre.

2010

Objectif :
- Positionner Ascento comme un partenaire national, et ce dans les différents domaines d’activités (outplacement, recrutement et sélection, gestion des compétences humaines en entreprise).

Moyens :
- Carte blanche de la Direction
- Utilisation des locaux de notre société soeur, t-intérim
- Engagement d’une assistante en juin

Mes atouts :
- Utilisation de mon réseau :

  • Réseau de freelances
  • Réseau de clients
  • Ma réputation

Mes réalisations :
- Un chiffre d’affaire encourageant

2011

Objectif :
- Consolider les débuts encourageants et asseoir le statut partenaire national, et ce dans les différents domaines d’activités.

Moyens :
- Carte blanche de la Direction
- Ouverture d’un bureau à Charleroi
- Engagement de deux consultantes senior en juin

Mes atouts :
- Ma ténacité et ma motivation inébranlable
- Développement accru de mon réseau

Mes réalisations :
- Acquisition de clients renommés : Mactac, Inbev, Corman, Bia, ALD Automotive, Aldi, Arcelor, Daikin, Galva Power, Esco, Ikéa, Kraft, Média Markt, Stassen, Vandemoortele, etc…

2012

Objectif :
- Continuer à forger le nom Ascento en Wallonie le statut partenaire national, et ce dans les différents domaines d’activités.
- Développer le business.

Moyens :
- Carte blanche de la Direction
- Ouverture d’un bureau supplémentaire à Liège
- Engagement de quatre consultantes senior en octobre
- Engagement d’une assistante supplémentaire en décembre

Mes atouts :
- Le choix des consultantes engagées, et donc une équipe efficace et soudée
- Développement du réseau sur le Hainaut
- Présentation simple et efficace, en mettant en avant notre ancrage local

Mes réalisations :
- Acquisition de nouveaux clients renommés : Yves Rocher, Corélio, Daikin, Ortis, Saint-Gobain, Utéron, etc…
- Gain d’un projet historique en Wallonie compte tenu de la spécificité du marché wallon de l’outplacement Carsid : prise en charge de 1.000 personnes lors de la fermeture, en collaboration avec le Forem et les partenaires sociaux. Nous dépassons les 60% de réinsertion professionnelle, et nous mettons l’accent sur la création d’activité.
- Signature d’un accord-cadre avec SDWorx

2013

Objectif :
- Cultiver l’identité d’Ascento en Wallonie le statut partenaire national, et ce dans les différents domaines d’activités.
- Continuer à accroitre notre présence et le chiffre d’affaire.

Moyens :
- Carte blanche de la Direction
- Présence accrue sur le terrain (CCI, Cercle de Wallonie…)
- Rebranding de la marque et sponsoring de Evi Van Acker (médaillée de bronze aux JO en voile)
- Développement des outils et formation de toute l’équipe (malgré la réduction des effectifs à la fin du projet Carsid)

Mes atouts :
- Le choix des consultantes engagées, et donc une équipe efficace et soudée
- Développement continu de mon réseau + partenariat avec Créapme
- Présentation simple et efficace, en mettant en avant notre ancrage local
- Un réseau de freelances exceptionnel
- Un management participatif
- Le gain du HR Excellence Award de meilleure société en outplacement de Belgique

Mes réalisations :
- Outre les nouveaux clients, la réalisation du projet Carsid
- Ascento Wallonie devient la plus grosse Business Unit du pays, devant les 6 bureaux historiques situés en Flandre et à Bruxelles !

2014

Objectif :
- Cultiver l’identité d’Ascento en Wallonie le statut partenaire national, et ce dans les différents domaines d’activités.
- Continuer à accroitre notre présence et le chiffre d’affaire

Moyens :
- Carte blanche de la Direction
- Présence accrue sur le terrain (CCI, Cercle de Wallonie…)
- Engagement de 6 consultantes supplémentaires et une troisième assistante
- Développement des outils et formation de toute l’équipe

Mes atouts :
- Le choix des consultantes engagées, et donc une équipe efficace et soudée
- Développement continu de mon réseau
- Présentation simple et efficace, en mettant en avant notre ancrage local
- Un management participatif
- Un réseau de freelances exceptionnel

Mes réalisations :
- Prise en charge du plus gros projet d’outplacement en Wallonie à ce jour : Caterpillar : 1400 personnes
- Nouveau positionnement en outplacement : prise en charge des cadres supérieurs, émergence de nouvelles compétences aux yeux des clients (200 cadres chez Carterpillar, 900 prépensionnés employés et ouvriers, 200 employés & ouvriers)
- Démarrage en mars 2014
- Développement d’une collaboration exceptionnelle avec les partenaires sociaux.

Mes valeurs ?

Humaines avant toute chose… J’ai cette chance d’avoir pu choisir chaque membre de mon équipe, qui par hasard, est uniquement composée de femmes ! Il est important que chacune puisse apporter sa pierre à l’édifice… Chacune a un parcours de vie et une expérience professionnelle différente. J’ai veillé à ce qu’elles soient complémentaires, capables de travailler sur nos différents secteurs d’activités. J’ai aussi instauré, grâce à la politique de formations développée par le siège, un programme de développement personnel. Chaque membre de l’équipe a des formations planifiées tout au long de l’année, en interne et en externe. De même, il existe une formation de tutorat entre les anciennes et les nouvelles consultantes afin de les aider à grandir dans leur fonction.

Je prends toujours l’image d’un bateau, qui la plupart du temps ne s’apparente pas à une galère, mais qui peut parfois tanguer compte tenu dans la charge de travail ! Il est essentiel à mes yeux que la collaboration, la solidarité, le respect et la confiance soient omniprésentes…
Enfin, je suis fière d’arriver à combiner ce job passionnant et prenant avec une vie de famille équilibrée (famille recomposée de 4 enfants !) et le soutien inconditionnel de mon mari !

Facteurs de réussite ?

- Un réseau exceptionnel
- Une écoute
- Une certaine forme de créativité (je n’hésite jamais à sortir du cadre et proposer une solution sur mesure en fonction des besoins exprimés)
- La carte blanche donnée par ma Direction
- Mon sens du business developement
- Le choix des bonnes personnes au sein de l’équipe
- La définition d’un cadre pour chacune mais l’autonomie au sein de celui-ci
- La solidarité et la collaboration, mais surtout la confiance
- Les moyens mis en place pour développer les collaborateurs
- La dimension belge de la société
- Une motivation et un enthousiasme débordant !

Ma biographie F.A.R. (Femmes actives en réseau) (Mars 2014)

Depuis toute petite, je rêvais d’être journaliste, je me voyais écumer la terre et raconter mille histoires de personnes anonymes… Je suis toujours restée sur cette envie de communiquer, même si, en même temps, je dévorais des romans où la médecine occupait une place centrale. N’étant pas scientifique pour un sou, cette idée n’a jamais dépassé le stade l’idée…

Après mes humanités, j’ai suivi des études de communication à l’université de Liège. Pourtant, au sortir des études, il a fallu vite déchanter, peu d’élus dans le monde de la presse. Après un bref passage de 6 mois au sein de la rédaction du magazine Télépro, je m’oriente vers l’enseignement dans un premier temps, et la fonction publique par la suite, d’abord à la Ville de Verviers, et après dans ma Commune, à Theux. Mes objectifs ? le développement économique et touristique.

Huit ans plus tard, lassée par la lenteur des processus administratifs, je décide de prendre le temps de la réflexion et je démissionne, et je me donne un an pour trouver un job à la hauteur de mes attentes… Trois mois plus tard, en 2006, j’intègre une grande société de Ressources humaines où je m’occupe spécifiquement des collaborateurs licenciés, tout profil confondu (outplacement). Mon bonheur ? voir un candidat reprendre confiance en lui et retrouver un job qui lui plaise.

Aujourd’hui, depuis un peu plus de quatre ans, je travaille comme Business Unit Manager chez Ascento. Je gère à présent une équipe de 14 personnes et nous nous attachons à développer le capital humain dans l’entreprise, que ce soit à travers des formations, du recrutement et de la sélection, mais aussi, dans l’outplacement. A ce titre, nous sommes fières d’avoir décroché les plus gros projets d’outplacement jamais réalisés en Wallonie (Caterpillar & Carsid). J’aime à dire que « personne n’est parfait, mais qu’une équipe peut l’être »… Et dans ce cas présent, il s’agit d’un véritable projet d’équipe, mais aussi un véritable partenariat avec le Forem et les partenaires sociaux…

Etre partenaire de FAR était pour moi une évidence, et je remercie Ascento de m’avoir suivie dans ce choix… Mon objectif ? mettre à profit mon expérience pluridisciplinaire dans le développement des compétences humaines !


Caro van Eekelen


NOM van Eekelen Caro van Eekelen
PRÉNOM Caro
FONCTION Directrice générale
SOCIÉTÉ Accor Hotel Services Benelux
CA 2012 121.444.745
EFFECTIF 2012 1.160


Pourquoi vous pourriez remporter ce prix ?

C’est en tant que Directrice Générale du groupe hôtelier Accor au Benelux que j’ai choisi de poser ma candidature à ce prix.

Je souhaite que mon parcours et mon implication en faveur de la diversité au sein et à l’extérieur de l’entreprise puissent inspirer tous les travailleurs (hommes, femmes, anciens et jeunes talents) à dépasser leurs limites personnelles et à ne pas avoir peur de s’exporter et de viser des postes de management.

Après 25 ans de carrière internationale, je suis revenue aux Pays-Bas et en 5 ans, je suis passée du titre de Directrice des hôtels Accor aux Pays-Bas (je fus par ailleurs la première femme à occuper ce poste dans le pays), à Directrice Générale pour les marques Novotel et Suite Novotel Europe du Nord avant d’être nommée en janvier de cette année Directrice Générale d’Accor Benelux.

Tout au long de ma carrière dans l’hôtellerie, en tant qu’indépendante et chez Disneyland Resort Paris, c’est toujours l’humain qui m’a passionnée au travers du management des grandes équipes. Grâce à mon expérience internationale, j’ai pu me forger une vision claire sur les différences de culture dans le monde du travail et sur les nombreux avantages que peuvent apporter la diversité et la multiculturalité au sein de grandes entreprises.

Après avoir travaillé aux quatre coins du monde (Antilles, Ghana, France, Allemagne, Italie, Royaume-Uni, Autriche, Suisse), je me partage désormais entre Bruxelles et Amsterdam, où se trouvent les deux sièges du groupe Accor avec comme premiers défis :
- l’intégration de la nouvelle stratégie du Groupe.
- la création de synergies entre les trois pays du Benelux.
- la motivation de tous les travailleurs à continuer à se former, à gravir les échelons de l’escalier professionnel et à s’expatrier. 

Et ce, notamment au travers de mon implication dans le réseau Women at Accor Generation (WAAG). Créé fin 2012 par le Groupe, le WAAG a pour but de lutter contre les stéréotypes et d’aider à l’atteinte des objectifs de parité fixés par le Groupe, à savoir d’atteindre 50% de femmes directrices d’hôtel avec un objectif intermédiaire de 35% en 2015.

Cette initiative, relayée sur les cinq continents, réfléchit de façon collaborative et en concertation avec les régions, et dispose de neuf relais locaux pour piloter ses actions dans huit zones géographiques (l’Asie Pacifique, le Moyen-Orient, l’Afrique, l’Amérique du Nord, l’Amérique latine, l’Europe du Sud, l’Europe du Nord, de l’Est et Centrale et la France).

A fin 2015, l’objectif est d’atteindre 3 000 membres et d’avoir déployé l’ensemble des programmes d’actions et des groupes de travail sur les 5 continents.

Sur ma zone géographique, à savoir l’Europe du Nord et de l’Est, le nombre de membres du réseau est passé de 110 à 256 en un an et la proportion d’hommes a doublé. Et au sein de mon propre comité de direction, le pourcentage de femmes atteint déjà 36%.

Au-delà de la promotion du réseau WAAG en lui-même, je défends plus particulièrement un projet de management des générations. Je suis également une ambassadrice enthousiaste de « Talent naar de top » dont j’ai signé la charte au nom d’Accor et je fais partie du conseil d’administration de la Stenden University aux Pays-Bas. Convaincue que tous les secteurs du monde économique ont de nombreux intérêts à intégrer le plus tôt possible la notion de diversité – tant aux niveaux des générations que des genres – dans leur management des grandes structures.


Katleen Vandeweyer


NOM Vandeweyer Katleen Vandeweyer
PRÉNOM Katleen
FONCTION CFO
SOCIÉTÉ Worldline
CA 2012 411.489.027
EFFECTIF 2012 1.034

Expliquez pourquoi vous pensez pouvoir gagner ce prix :

Vous pouvez poser la question de telle manière que les candidates doivent faire fi de leur modestie. Je ne sais trop si j'apprécie cela, vu que je ne crois pas qu'une personne puisse gagner un tel Award en vertu de ses seuls mérites. Aussi me suis-je fixé pour objectif de partager l'attention sur ma personne, ma motivation et les moyens par lesquels le Coexco (Company Executive Committee) assure la croissance de Worldline dans un contexte international très concurrentiel.

Depuis 17 ans, je fais partie d'une société qui a plusieurs transitions réussies à son actif. Au départ d'une sorte de ministère – quasi communautaire – des paiements, piloté par les banques belges, nous sommes peu à peu devenus une entreprise dynamique qui, dans un contexte très concurrentiel, a réussi à développer un service de base en Belgique en faisant preuve d'innovation et à conserver une part importante du marché. Durant ces 17 années, nous avons progressivement adopté le profil d'un groupe intégré à la société cotée en bourse Atos. En outre, nous préparons pour plus tard dans l'année une introduction en bourse distincte pour notre business line Worldline. Dans ce contexte, nous nous focalisons clairement sur le développement de produits pour le compte de nos parties prenantes, sur le suivi des évolutions du marché, sur l'identification des grandes tendances et sur la proposition de solutions à nos clients, pour qu'ils puissent eux aussi répondre aux futures attentes de leurs utilisateurs.

Qu'est-ce que cela signifie concrètement ?

  • Chaque année, le nombre de transactions électroniques augmente. En Belgique, le paiement électronique se généralise. Nous croyons que l'argent liquide disparaîtra au 21e siècle.
  • Worldline est l'un des principaux producteurs de hardware en Belgique et, à ce titre, commercialise chaque année de nouveaux produits de haute technologie.
  • Nous développons au fil des ans de nouvelles applications qui rendent possible le paiement de demain (e-commerce et m-commerce, paiement sans contact…)
  • Nous étendons notre service à l'international (récemment en Slovaquie)
  • Et élargissons notre offre, notamment par le développement de solutions d'archivage électronique (Doccle).

Je voudrais souligner mon rôle de CFO dans ce processus. Le job de CFO ne possède peut-être pas l'aura de celui d'un chef de produit ou d'un directeur des ventes. Faut-il y voir la raison pour laquelle les CFO sont moins souvent nommés aux awards ? Nous ne développons pas de nouveaux produits, nous ne concluons pas de deals spectaculaires, nous ne concevons pas toujours de nouvelles stratégies mais, par contre, nous veillons toujours à ce que les bons choix soient faits.

Les études de fiabilité financière, les analyses de budget et les attentes financières sont d'importants instruments qui rendent possibles l'innovation et la croissance de notre entreprise. En cela, nous obtenons d'excellents résultats et je tenais à le souligner. La finance rend l'innovation possible.

Indépendamment des activités opérationnelles, l'un de mes principaux défis en tant que CFO a consisté à diriger des projets œuvrant à la prise de mesures en matière de maîtrise des coûts. À ce niveau aussi, je voudrais briser une lance en faveur de ma candidature. Je considère la maîtrise des coûts comme un facteur crucial de la gestion contemporaine de l'entreprise. Pour moi, la perspective est bien plus large que la seule maximisation du profit. Le cadre dans lequel nous opérons : par la maîtrise des coûts, nous dégageons au mieux des moyens que nous mettons en œuvre de la manière la plus lean possible. À mes yeux, la maîtrise des coûts est moins une affaire de contraintes qu'un effort d'optimisation, qui rend possible l'innovation.

J'ai participé à la direction du projet TEAM qui, en concertation avec le Boston Consultancy Group, réalisera d'importantes économies sur une période de trois ans. Ce sont ces économies qui dégagent les marges nécessaires pour l'innovation. Cette innovation est le moteur de notre économie et de notre entreprise.

Un autre axe important de maîtrise des coûts a passé par la direction de plusieurs grands projets logistiques. Je pense concrètement aux opérations de Sale & Lease-back de bâtiments, à l'optimisation structurelle de l'infrastructure, qui couple un projet de déménagement et un nouveau mode de travail, à la contribution aux optimisations fiscales…

Mon rôle dans les fusions et acquisitions n'est pas à négliger, avec, par exemple, la reprise en 2012 de Quality Equipment, qui a renforcé notre position sur le marché néerlandais. Aujourd'hui, de nombreux appels d'offres internationaux attendent une issue favorable.

Dans mes fonctions de CFO, je dirige une équipe d'une quarantaine de professionnels. Sans prétendre m'ériger en exemple vis-à-vis d'eux, je m'efforce néanmoins, par mes activités dans et en dehors de ma sphère professionnelle, de manifester que travailler pour une société telle que Worldline peut dépasser l'engagement strictement professionnel et le dépasse de fait. C'est ainsi que j'ai récemment participé à une série d'interviews organisée par le quotidien De Morgen, à l'occasion de la Journée Internationale de la Femme. J'y ai notamment abordé le sujet du quota de genre dans les conseils d'administration. En outre, je suis membre de Women on Board, une association qui cherche à promouvoir la participation des femmes dans les conseils d'administration, comités et organes de décision importants de petites et grandes entreprises belges, des secteurs public ou privé.

En plus de mes fonctions de CFO de Worldline, je suis également administratrice indépendante et membre du comité d'audit interne d'IBA, Ion Beam Applications, qui développe des solutions novatrices dans le domaine de la lutte contre le cancer à l'aide de technologies nucléaires. L'entreprise emploie 1260 personnes de par le monde et réalise un chiffre d'affaires de 221 millions €.

Bref, est-ce que j'estime pouvoir remporter cet Award ? En tout cas, je l'espère. Worldline, et moi-même qui en fais partie, avons effectué un beau parcours et je crois que nous pouvons vous en convaincre par un beau dossier.


Anne Dimmers


NOM Dimmers Anne Dimmers
PRÉNOM Anne
FONCTION Administratrice déléguée, fondatrice
SOCIÉTÉ CAPTEL
EFFECTIF 2012 33
SOCIÉTÉ CAPTIS
EFFECTIF 2012 51


Pourquoi pourrais-je remporter ce prix ?

J’aime partager mes secrets de réussite !

Mes activités principales sont Administratrice déléguée de la société Captel sa et Gérante des sociétés Captis, Capestel et Can Basso (société espagnole – à Ibiza).

Je suis également administratrice de la Chambre de Commerce Verviers-Liège-Namur depuis 7 ans.

Avec cette expérience, je peux prouver par a + b qu’il est tout à fait possible de diriger une PME, d’être une maman (de deux enfants), une compagne, une amie…

Le secret est dans l’organisation ! Il faut pouvoir aménager ses journées en fonction de tous, rester disponible et s’entourer d’une équipe motivée pour avancer et surtout… faire confiance.

Un responsable d’une société d’Intérim m’a dit un jour « ce qu’il y a de génial dans le fait d’être une femme chef d’entreprise, c’est d’avoir les qualités des hommes, et, en plus, d’avoir la sensibilité féminine et le sens de l’organisation – cela fait un super beau mélange ».

Je travaille actuellement sur la rédaction d’un livre qui sera composé de toutes les petites recettes qui ont mené Captel et Captis là où elles sont aujourd’hui – ce livre sera édité et publié cette année. Je n’aime pas parler de réussite,… ce qui me fait plaisir, c’est la satisfaction et la reconnaissance des clients ainsi que le bonheur de mon personnel. Même si je me dis souvent que je ne suis pas venue sur terre pour créer de l’emploi, je suis heureuse et comblée de donner du travail à des gens épanouis.


Anne Bataille


NAAM Bataille Anne Bataille
PRÉNOM Anne
FONCTION CEO
SOCIÉTÉ Dentsu Aegis Network
CA 2012 152.760.679
EFFECTIF 2012 70


Quelles sont les raisons qui pourraient justifier ma nomination dans la catégorie Founder et toujours en charge de la société après 24 ans malgré une vente de la société il y a 20 ans ?

La raison principale que j’évoquerai est le fait que la motivation d’un manager peut rester inébranlable même après un retrait de l’actionnariat dans la mesure où la confiance et le respect entre le CEO dirigeant et son actionnaire sont des paramètres établis et communément acceptés; sur cette base, il est tout à fait conciliable de:

  • veiller à rémunérer le capital
  • continuer à faire progresser la société que vous considérez toujours comme étant la vôtre

Comme dans toutes sociétés, des tensions et divergences de vues peuvent survenir mais des équilibres peuvent s’envisager afin que la raison l’emporte.

D’autre part , il est un fait évident que sans cet adossement à un groupe international, ce groupe belge ne serait pas ce qu’il représente aujourd’hui: il faut simplement apprendre et accepter que l’on est plus fort ensemble, que le partage d’idées, d’expériences sont source d’inspiration et bénéfique pour progresser.

Chaque étape de la vie professionnelle est riche d’expériences et motivantes en ce compris les échecs: le secteur des services et plus particulièrement celui de la communication est loin d’être une sinécure: ces dernières années ont été particulièrement bousculées par l’apogée du digital, du réveil d’un consommateur de plus en plus proactif, par la multiplication des canaux de communication et de ce fait par la nécessité de se remettre en question: mes actionnaires en exigeant que nous soyons constamment «visionnaires » ont contribué à entretenir ma motivation à diriger ce groupe belge qui, dans son essence, n’est plus le mien mais le restera à tout jamais dans mes gênes.

Parmi les notions de management que j’ai acquises en 25 années à la direction de société, je voudrais signaler l’importance de décider sans reporter les problèmes et sans se voiler la face et surtout de s’entourer de collaborateurs talentueux qui partagent avec moi «cette curiosité d’apprendre et de se remettre en question », facultés tellement indispensables dans le monde que nous connaissons car rien n’est jamais acquis.

Outre ma fonction principale de CEO du groupe actuel Dentsu Aegis Network, je suis membre depuis peu de « Women on Board » dont je partage les valeurs et administrateur indépendant du holding Deficom.


Rachida Aziz


NOM Aziz Anne Bataille
PRÉNOM Rachida
FONCTION Fondatrice et directrice générale
SOCIÉTÉ AZIRA
Marque de prêt-à-porter


Pourquoi vous pourriez remporter ce prix ?

Un exemple d'entreprenariat durable et éthique

Au sein de son entreprise AZIRA, fondé en 2008, l’objectif est de promouvoir la solidarité entre les femmes et combattre leur exclusion de la société. Cet objectif est réalisé en créant une entreprise durable qui offre du travail aux femmes les plus démunies et en communiquant largement cette vision du monde.

AZIRA est née à la croisée de différentes cultures. Ce n’est pas par hasard si la première boutique se situe dans le quartier Dansaert, un des quartiers les plus multiculturels de Bruxelles et le berceau des créateurs de mode.
Les vêtements AZIRA sont créés au service des femmes, ils sont pratiques et versatiles. Ils suivent l’humeur d’une femme tout au long de sa journée, lui permettant de couvrir ce qu’elle souhaite ou non. Ils sont toujours confortables parce qu’ils sont créés à partir de tailles réelles et non pas à partir de tailles moyennes calculées par un algorithme ou sur base de modèles trop jeunes aux allures masculines.

L'indépendance financière des femmes est également un sujet qui tient à cœur à l'entreprise. AZIRA créer ainsi de l'emploi pour les femmes les plus démunies en s'assurant que leurs conditions de travail soient respectées et leur salaire équitable.

A Casablanca, les collections sont produites dans un atelier qui engage des mères célibataires, trop souvent exclues du monde du travail. A Bruxelles, AZIRA travail avec Mulieris, un atelier qui aide les femmes vivant dans des conditions difficiles en les formant à une profession.

Rachida Aziz : fondatrice et créatrice d'AZIRA... Et activiste !

“Quand je crée, je cherche mon inspiration dans le corps de la femme, pas dans la beauté abstraite”, nous dit Rachida Aziz.

Rachida Aziz est née à Anvers et a déménagé à Bruxelles avec ses parents et sa famille. Elle a porté un foulard étant adolescente – et c’est alors qu’elle a vécu le racisme ostensible. “J’étais très jeune quand j’ai été confrontée aux failles de cette société » dit-elle.
Rachida Aziz a décroché à l’âge de 15ans à cause de ces expériences. Elle finit tout de même par obtenir son équivalence pour aller étudier la théologie islamique à l’IESTE (1995-1999). Ensuite elle travaille en tant que nourrice et éducatrice dans le secteur social, tout en créant des vêtements pour sa famille et ses amies.
Après s'être rétablie d’une maladie fatale, elle décide de contribuer activement au changement. AZIRA est devenu l’instrument de cette mission. La première collection de Rachida Aziz s’est rapidement épuisée dans son salon. C’est ainsi qu’en 2009, la boutique AZIRA voit le jour.

Ses valeurs et son engagement ont rapidement fait d'elle une figure incontournable. Elle est ainsi régulièrement invitée à partager son expérience et à donner son opinion. Rachida Aziz prend la parole à la première de TEDx Leuven en mars 2012. Quelques mois plus tard, l’association Art@AZIRA est mise sur pied pour porter haut les valeurs d’AZIRA aux travers d’évènements culturels. Art@AZIRA invite les artistes qui partagent ces mêmes valeurs et objectifs : égalité de droits, respect de la diversité et libertés individuelles.

Également en 2012, Rachida Aziz est désignée “Femme de l’année” par les Diwan Awards. Au printemps 2013, Rachida Aziz lance la campagne « My Choice Not Yours » pour rassembler un large éventail d’organisations autour des libertés individuelles, en particulier pour l’émancipation de la femme.

« Nous nous soulevons pour un respect inconditionnel du droit que chacun(e) puisse faire ses propres choix dans la vie: sa profession, son mariage, le respect des traditions culturelles et religieuses, l’expression de sa foi - mais surtout quelle partie de son corps une femme peut montrer ou cacher. »